Zyriab : Le « merle noir » musulman qui a introduit l’art de vivre en occident et dans le monde.

Si vous mangez des asperges, ou si vous commencez votre repas par une soupe et que vous finissez par un dessert, si vous utilisez du dentifrice, ou si vous portez vos cheveux en frange, vous le devez à l’un des plus grands musiciens de l’histoire.

Il était connu sous le nom de Ziryab, un terme arabe (ou perse) familier qui se traduit par « merle noir ». Il a vécu dans l’Espagne médiévale il y a plus de mille ans. C’était un esclave affranchi qui a fait beaucoup de bien, charmant la cour royale de Cordoue d’abord avec ses chansons. Il a fondé une école de musique dont la renommée a survécu plus de 500 ans après son décès. Ibn Hayyan de Cordoue, l’un des plus grands historiens de l’Espagne arabe, dit dans son monumental ouvrage Al Muqtabas (l’essentiel) que Ziryab connaissait par cœur des milliers de chansons et a révolutionné la conception de l’instrument de musique qui est devenu le luth. Il a répandu un nouveau style musical autour de la Méditerranée, influençant les troubadours et les ménestrels et affectant le cours de la musique européenne.

Il était également l’arbitre de sa génération en matière de goût, de style et de manières, et il a exercé une énorme influence sur la société européenne médiévale. La façon dont les gens s’habillaient, ce qu’ils mangeaient et de quelle manière, comment ils se coiffaient, la musique qu’ils appréciaient… Tous étaient influencés par Ziryab.

Si vous n’avez jamais entendu parler de cet artiste remarquable, ce n’est pas surprenant. Avec les rebondissements de l’histoire, son nom est sorti de la mémoire publique du monde occidental. Mais les changements qu’il a apportés à l’Europe font partie intégrante de la réalité que nous connaissons aujourd’hui.

Une des raisons pour lesquelles Ziryab est inconnue dans le monde occidental est qu’il parlait arabe et faisait partie de la cour royale de l’empire arabe en Espagne. Les musulmans d’Arabie et d’Afrique du Nord ont régné sur l’Espagne et le sud de la France de 711 à 1492. Le dernier vestige de la domination arabe dans la péninsule ibérique, le royaume de Grenade, a été conquis par les armées du roi Ferdinand et de la reine Isabelle la même année que Christophe Colombe a navigué pour le nouveau Monde.

Les Arabes appelaient leur domaine ibérique Al Andalous, une référence directe aux Vandales, qui occupaient la péninsule au VIIème siècle et dont l’héritage était encore omniprésent lorsque les forces musulmanes sont arrivées au VIIIème siècle. Ce nom survit aujourd’hui au nom de la province méridionale de l’Espagne, l’Andalousie. À son apogée, Al Andalous a connu l’âge d’or de la civilisation qui faisait l’envie de toute l’Europe et qui a ouvert la voie à la Renaissance européenne qui a suivi. Musulmans, chrétiens et juifs interagissaient dans une convivencia , un « vivre-ensemble » de tolérance et de coopération sans précédent à son époque. Les influences de l’Espagne arabe se sont propagées en France et dans toute l’Europe, et de là aux Amériques. C’est dans ce contexte que les réalisations de Ziryab sont devenues partie intégrante de la culture occidentale.

Les réalisations de Ziryab n’ont pas été oubliées dans le monde arabe, et c’est grâce aux historiens de ce dernier que nous connaissons sa vie et ses réalisations. Comme le dit l’historien arabe du XVIIème siècle Al Maqqari dans son Nafh Attib (brise parfumée), « Il n’y a jamais eu, ni avant ni après lui, un homme de sa profession qui ait été plus généralement aimé et admiré ».

Ziryab, le célèbre poète de l’Espagne islamique, s’appelait en fait Abu al-Hassan Ali ibn Nafi et est né vers l’an 789 dans l’Irak d’aujourd’hui, probablement dans sa capitale, Bagdad. Certains historiens arabes disent qu’il était un esclave libéré, vraisemblablement un page ou un serviteur personnel, dont la famille avait servi al-Mahdi, le calife ou dirigeant de l’empire abbasside basé à Bagdad de 775 jusqu’à sa mort en 785. À cette époque, de nombreux musiciens éminents étaient esclaves ou affranchis, certains d’origine africaine, d’autres d’Europe ou du Moyen-Orient (dont le Kurdistan et la Perse). Les historiens divergent quant à savoir si Ziryab était africain, perse ou kurde. Selon Ibn Hayyan, « Ali Ibn Nafi » était surnommé Zyriab (l’oiseau noir) en raison de son teint extrêmement sombre, de la clarté de sa voix et de « la douceur de son caractère ».

Zyriab a étudié la musique auprès du célèbre chanteur et musicien de la cour royale Ishaq Al Maoussili ou Isaac de Mossoul. Ishaq, dont le père Ibrahim encore plus célèbre, ainsi que Ziryab sont les trois artistes connus comme les pionniers de la musique arabe.

Bagdad était alors un centre mondial de la culture, de l’art et de la science. Son dirigeant le plus célèbre était Haroun Al Rachid, qui avait succédé à au Calife Al Mahdi. Haroun était un passionné de la musique et a amené de nombreux chanteurs et musiciens au palais pour divertir ses invités. Ishaq, en tant que musicien en chef de Haroun, a formé un certain nombre d’étudiants aux arts musicaux, parmi lesquels l’oiseau noir Zyriab. Ce dernier était intelligent et avait une bonne oreille ; en dehors de ses cours, il apprenait subrepticement les chansons de son maître, dont on disait qu’elles étaient complexes et difficiles, même pour un connaisseur. Ishaq n’a pas réalisé tout ce que Ziryab avait appris jusqu’à ce que Haroun lui-même demande à entendre le jeune musicien.

Dans le récit d’Ibn Hayyan (tel que relaté par Al Maqqari), Ishaq a dit au calife : « Oui, j’ai entendu de belles choses de Ziryab, des mélodies claires et émotionnelles, en particulier certaines de mes propres interprétations plutôt inhabituelles. Je lui ai appris ces chansons parce que je les considérais comme particulièrement adaptées à son talent.

Ziryab a été convoqué et il a chanté pour Haroun Al Rachid. Par la suite, quand le calife lui a parlé, Ziryab a répondu « gracieusement, avec un vrai charme de manières ». Haroun lui a posé des questions sur son talent et Zyriab a répondu: «Je peux chanter ce que les autres chanteurs savent, mais la majeure partie de mon répertoire est composée de chansons qui ne peuvent être interprétées que devant un calife comme Votre Majesté. Les autres chanteurs ne connaissent pas ces compositions. Si Votre Majesté le permet, je vous chanterai ce qu’aucune oreille humaine n’a entendu auparavant.

Haroun haussa les sourcils et ordonna que le luth du maître Ishaq soit remis à Ziryab. Le luth arabe ou Oud, modèle du luth européen et parent de la guitare, était un instrument à quatre rangées de cordes, un corps en forme de demi-poire et un manche courbé sans frette.

Ziryab a respectueusement décliné l’instrument. « J’ai apporté mon propre luth, » dit-il, « que j’ai fabriqué moi-même, en décapant le bois et en le travaillant, car aucun autre instrument ne me satisfait. Je l’ai laissé à la porte du palais et, avec votre permission, je l’enverrai chercher.

« Le guerrier mauresque » par l’américain William Merritt Chase. 1878.

Haroun envoya chercher le luth et il l’examina. Cela ressemblait à l’instrument d’Ishaq Al Maoussili « Pourquoi ne joues-tu pas le luth de ton maître? » demanda le calife.

« Si le calife veut que je chante dans le style de mon maître, j’utiliserai son luth. Mais pour chanter dans mon propre style, j’ai besoin de cet instrument ».

« Pour moi, ils se ressemblent », a déclaré Haroun.

« A première vue, oui », a déclaré Ziryab, « Mais même si le bois et la taille sont les mêmes, le poids ne l’est pas. Mon luth pèse environ un tiers de moins que celui d’Ishaq, et mes cordes sont faites de soie qui n’a pas été filée à l’eau chaude qui les affaiblit. La basse et la troisième corde sont en boyau de lion, qui est plus doux et plus sonore que celui de tout autre animal. Ces cordes sont plus solides que toutes les autres, et elles peuvent mieux résister à la frappe du médiator.

Le plectre de Ziryab était une griffe d’aigle aiguisée, plutôt que l’habituel morceau de bois sculpté. Il avait également ajouté un cinquième rang de cordes à l’instrument.

Haroun était satisfait. Il ordonna à Ziryab de jouer et le jeune homme a commencé une chanson qu’il avait composée lui-même. Le calife était très impressionné. Il se tourna vers Al Maoussili et dit : « Si je pensais que tu cachais les capacités extraordinaires de cet homme, je te punirais de ne pas m’avoir parlé de lui. Continue son instruction jusqu’à ce qu’elle soit terminée. Pour ma part, je veux contribuer à son développement.

Ziryab avait apparemment caché ses meilleurs talents à son propre professeur. Quand Ishaq fut enfin seul avec son élève, il ragea d’avoir été trompé. Il dit franchement qu’il était jaloux de l’habileté de Ziryab et craignait que l’élève ne remplace bientôt le maître en faveur du calife.

« Je ne pourrais pardonner cela à personne, pas même à mon propre fils », a déclaré Ishaq. « Si je ne t’aimais pas encore un peu, je n’hésiterais pas à te tuer, quelles qu’en soient les conséquences. Voici ton choix : Quitte Bagdad, installe-toi loin d’ici et jure que je n’entendrai plus jamais parler de toi. Si tu fais cela, je te donnerai assez d’argent pour répondre à tes besoins. Mais si tu choisis de rester et de me contrarier, je te préviens, je risquerai ma vie et tout ce que je possède pour t’écraser. Fais ton choix! »

Ziryab n’a pas hésité ; il prit l’argent et quitta la capitale abbasside. Ishaq a expliqué l’absence de son protégé en affirmant que Ziryab était mentalement déséquilibré et avait quitté Bagdad furieux de ne pas avoir reçu de cadeau du calife. « Le jeune homme est possédé », a déclaré Ishaq à Haroun Al Rachid. « Il est sujet à des accès de frénésie qui sont horribles à voir. Il croit que les djinns lui parlent et inspirent sa musique. Il est si vaniteux qu’il croit que son talent est sans égal dans le monde. Je ne sais pas où il est maintenant. Soyez reconnaissant, Votre Majesté, qu’il soit parti.

Il y avait un brin de vérité dans le récit d’Ishaq : selon Ibn Hayyan et d’autres, Ziryab croyait que dans ses rêves, il entendait les chants des djinns, les êtres spirituels de la tradition islamique et arabe. Il se réveillait d’un rêve au milieu de la nuit et convoquait ses propres élèves, leur enseignant les mélodies qu’il avait entendues dans ses rêves.

Comme le note Reinhart Dozy dans Histoire des Musulmans d’Espagne, « Personne ne savait mieux qu’Ishaq qu’il n’y avait pas de folie dans tout cela. Quel véritable artiste, en effet, croyant ou non aux djinns, n’a pas connu des moments où il a été sous l’emprise d’émotions difficiles à définir, et savourant le surnaturel ?

Ziryab et sa famille ont fui Bagdad vers l’Égypte et ont traversé l’Afrique du Nord jusqu’à Kairouan dans l’actuelle Tunisie, siège de la dynastie Aghlabide de Ziyad Allah I. Là, il a été accueilli par la cour royale. Mais il n’avait pas l’intention de rester à Kairouan ; ses yeux étaient sur l’Espagne. Sous les Omeyyades, Cordoue devenait rapidement un joyau culturel pour rivaliser avec Bagdad, et le merle noir pensait que Cordoue pourrait être un cadre approprié pour ses talents.

Ziryab a écrit à Al Hakam, dirigeant de l’émirat d’Al Andalous, et a offert ses compétences musicales. Al Hakam, ravi de la perspective d’ajouter un musicien de Bagdad à sa cour, a répondu en invitant Ziryab à se rendre à Cordoue. Il a offert au musicien un beau salaire. Ziryab et sa famille ont fait leurs valises et se sont dirigés vers le détroit de Gibraltar, où ils ont embarqué sur un navire à destination d’Algésiras, en Espagne.

Lorsque Ziryab est arrivé en Espagne en l’an 822, il a été choqué d’apprendre qu’Al Hakam était décédé. Dévasté, le jeune musicien se prépare à retourner en Afrique du Nord. Mais grâce à la recommandation élogieuse d’Abou Nasr Mansour, un musicien juif de la cour royale de Cordoue, le fils et successeur d’Al Hakam, Abdourrahman II, a renouvelé l’invitation à Ziryab.

Après avoir rencontré la merveille de 33 ans de Bagdad, Abdourrahman II, du même âge que son hôte, lui fit une offre intéressante. Ziryab recevrait un beau salaire de 200 pièces d’or par mois, avec des primes de 500 pièces d’or au milieu de l’été et au nouvel an et 1000 sur chacune des deux grandes fêtes islamiques. Il recevrait 200 boisseaux d’orge et 100 boisseaux de blé chaque année. Il recevrait un modeste palais à Cordoue et plusieurs villas avec des terres agricoles productives à la campagne. Naturellement, Ziryab a accepté l’offre ; du jour au lendemain, il devint un membre prospère de la classe supérieure terrienne de l’Espagne islamique.

En embauchant le jeune musicien, Abdourrahman II voulait apporter culture et raffinement au grossier pays d’Al Andalous, l’ouest sauvage du monde arabe, peu de temps avant une terre gothique « barbare », loin des centres civilisés de Damas et de Bagdad. La propre famille omeyyade du dirigeant était venue en exil de Damas, où elle avait dirigé un empire islamique pendant plusieurs centaines d’années. Désormais, le pouvoir appartenait aux Abbassides à Bagdad, et cette ville était devenue un pôle d’attraction pour les scientifiques, les artistes et les érudits de toutes sortes.

En fait, Abdourrahman II a offert un emploi à Ziryab avant même de lui demander de se produire. Et quand il a finalement entendu les chansons de Ziryab, les contemporains disent que le dirigeant était tellement captivé qu’il n’écouterait plus jamais aucun autre chanteur. À partir de ce jour, Abdourrahman II et Ziryab étaient de proches confidents et se rencontraient souvent pour discuter de poésie, d’histoire et de tous les arts et sciences.

Ziryab a servi comme une sorte de ministre de la culture pour le royaume andalou. L’un de ses premiers projets est de fonder une école de musique nommée Dar Almadaniyat (maison de l’instruction civique), qui ouvre ses portes non seulement aux fils et filles talentueux des classes supérieures, mais aussi aux amuseurs de cour des classes inférieures. Contrairement aux conservatoires plus rigides de Bagdad, l’école de Ziryab encourageait l’expérimentation de styles musicaux et d’instruments. Alors que l’académie enseignait les styles et les chansons de renommée mondiale de la cour de Bagdad, Ziryab a rapidement commencé à introduire ses innovations et a établi sa réputation comme, selon les termes de l’Encyclopédie de l’Islam, « le fondateur des traditions musicales de l’Espagne islamique ».

Il a créé les règles régissant l’exécution de la « nouba », une importante forme de musique arabe andalouse qui survit aujourd’hui dans la musique classique d’Afrique du Nord, connue sous le nom de malouf en Libye, en Tunisie et dans l’est de l’Algérie, et simplement comme musique andalouse plus à l’ouest au Maroc. Ziryab a créé 24 noubas, une pour chaque heure de la journée, comme les ragas classiques de l’Inde. La forme nouba est devenue très populaire dans la communauté chrétienne espagnole et a eu une influence prononcée sur le développement de la musique européenne médiévale.

L’ajout d’une cinquième paire de cordes au luth a donné à l’instrument une plus grande finesse d’expression et une plus grande gamme. Comme l’écrivait l’historien de la musique Julian Ribera dans les années 1920, on croyait généralement que les quatre cours de cordes du luth médiéval correspondaient aux quatre humeurs du corps. La première paire était jaune, symbolisant la bile ; la seconde était rouge pour le sang; la troisième blanche pour le flegme ; et la quatrième, la paire de basses, était noire pour la mélancolie. Ziryab, disait-on, donna une âme au luth en ajoutant une autre paire de cordes rouges entre les deuxième et troisième rangs.

Ziryab a accru la sensibilité du luth en jouant de l’instrument avec une serre ou une plume d’aigle flexible, plutôt qu’avec le médiator traditionnel en bois. Cette innovation se répandit rapidement et bientôt, aucun musicien qualifié de Cordoue n’envisagait de toucher les cordes de son luth avec du bois.

On dit que Ziryab connaissait par cœur les paroles et les mélodies de 10 000 chansons. Bien que cette affirmation soit probablement exagérée, sa mémoire était certainement prodigieuse. Il était aussi un excellent poète, un étudiant en astronomie et en géographie, et un causeur éblouissant, selon Ibn Hayyan et Al Maqqari. Il a souvent discuté des coutumes et des manières des nations à travers le monde connu, et il a longuement parlé de la haute civilisation centrée à Bagdad. Au fur et à mesure que sa popularité grandissait en Andalousie, son influence s’intensifiait également. Ses suggestions et recommandations sont devenues la mode populaire. Beaucoup de ses nouvelles idées ont progressivement migré vers le pays des Francs comme la France, l’Allemagne, l’Italie du Nord et au-delà.

Ziryab aimait la cuisine bien préparée presque autant que la musique. Il a révolutionné les arts de la table en Espagne, d’une manière qui perdure encore aujourd’hui.

Avant Ziryab, la cuisine espagnole était une affaire simple, voire grossière, héritée des Wisigoths, successeurs des Vandales, et de la coutume locale. Des plateaux d’aliments différents étaient empilés ensemble, tous en même temps, sur des tables en bois nues. Les manières de table étaient inexistantes.

Un large éventail d’aliments était disponible dans les viandes d’Al Andalous, le poisson et la volaille, les légumes, les fromages, les soupes et les sucreries. Ziryab les a combinés dans des recettes imaginatives, dont beaucoup sont originaires de Bagdad. L’un de ces plats, composé de boulettes de viande et de petits morceaux triangulaires de pâte frits dans de l’huile de coriandre, est devenu connu sous le nom de taqliyat Ziryab, ou plat frit de Ziryab; beaucoup d’autres portaient également son nom. Il a ravi les convives de la cour en élevant une humble mauvaise herbe de printemps appelée asperge au statut de légume de table. Ziryab a développé un certain nombre de desserts délicieux, y compris une gâterie inoubliable de noix et de miel qui est servie à ce jour dans la ville de Saragosse. Dans sa ville d’adoption, Cordoue, le musicien-gourmet est aujourd’hui rappelé dans un vieux plat de fèves grillées et salées appelé ziriabí.

L’endurance de la réputation de l’oiseau noir est telle qu’aujourd’hui encore en Algérie, où l’influence andalouse continue d’être, la pâtisserie arabe à l’orange douce connue sous le nom de zalabia en forme de spirale de pâte frite imbibée de sirop de safran est considérée par de nombreux Algériens comme prenant son nom de Ziryab, une affirmation impossible à confirmer ou à réfuter. Une version indienne de la zalabia, le jalebi, remonte au XVe siècle en Inde, mais pas avant, et il pourrait s’agir d’un emprunt aux Arabes et finalement à Ziryab.

Avec la bénédiction de l’émir, Ziryab a décrété que les dîners du palais seraient servis selon une séquence fixe, commençant par des soupes ou des bouillons, continuant avec du poisson, de la volaille ou des viandes, et se terminant par des fruits, des desserts sucrés et des bols de pistaches et autres noix. Ce style de présentation, inédit même à Bagdad ou à Damas, ne cesse de gagner en popularité, se répandant dans les classes supérieures et marchandes, puis parmi les chrétiens et les juifs, et même jusqu’à la paysannerie. Finalement, la coutume est devenue la règle dans toute l’Europe. L’expression anglaise « de la soupe aux noix », indiquant un repas somptueux à plusieurs plats, remonte aux innovations de Ziryab à la table andalouse.

Habillant la table à dîner en bois brut, Ziryab a enseigné aux artisans locaux comment produire des revêtements de table en cuir usinés et ajustés. Il a remplacé les lourds gobelets en or et en argent des classes supérieures hérités des Goths et des Romains par du cristal délicat et finement travaillé. Il a redessiné la cuillère à soupe en bois encombrante, en la remplaçant par un modèle mieux ciselé et plus léger.

Ziryab a également porté son attention sur la toilette personnelle et la mode. Il a développé le premier dentifrice d’Europe (mais nous ne pouvons pas dire quels étaient exactement ses ingrédients). Il a popularisé le rasage chez les hommes et créé de nouvelles tendances en matière de coupe de cheveux. Avant Ziryab, la royauté et les nobles lavaient leurs vêtements avec de l’eau de rose ; pour améliorer le processus de nettoyage, il a introduit l’utilisation du sel.

Pour les femmes, Zyriab a ouvert un salon de beauté/école de cosmétologie non loin de l’Alcazar, le palais de l’émir. Il crée des coiffures audacieuses pour l’époque. Les femmes d’Espagne portaient traditionnellement leurs cheveux séparés au milieu et couvrant leurs oreilles, avec une longue tresse dans le dos. Ziryab a introduit une coupe plus courte et en volume, avec une frange sur le front et les oreilles découvertes. Il a enseigné la mise en forme des sourcils et l’utilisation de dépilatoires pour enlever les poils du corps. Il a introduit de nouveaux parfums et cosmétiques. Certains des conseils de mode de Ziryab ont été empruntés aux cercles sociaux d’élite de Bagdad, alors la ville la plus cosmopolite du monde. D’autres étaient des rebondissements sur la coutume andalouse locale. La plupart se sont répandus simplement parce que Ziryab les a préconisés ; c’était une célébrité et les gens acquéraient un statut simplement en l’imitant.

En tant qu’arbitre de la robe courtoise, il a décrété le premier calendrier de la mode saisonnière en Espagne. Au printemps, les hommes et les femmes devaient porter des couleurs vives dans leurs tuniques, chemises, chemisiers et robes de coton et de lin. Ziryab a introduit des vêtements en soie colorés pour compléter les tissus traditionnels. En été, les vêtements blancs étaient la règle. Lorsque le temps devenait froid, Ziryab recommandait de longs manteaux garnis de fourrure, qui faisaient fureur à Al Andalous.

Ziryab a exercé une grande influence à la cour de l’émir, même dans la prise de décision politique et administrative. Abdourrahman II a été crédité d’avoir organisé les «normes de l’État» en Andalousie, la transformant d’un modèle romano-wisigothique en un modèle établi selon les lignes abbassides. Ziryab aurait joué un rôle important dans ce processus.

Ziryab a fait venir des astrologues d’Inde et des médecins juifs d’Afrique du Nord et d’Irak. Les astrologues étaient ancrés dans l’astronomie et Ziryab a encouragé la diffusion de ce savoir. Les Indiens savaient aussi jouer aux échecs, et Ziryab leur fit enseigner le jeu aux membres de la cour royale, et de là, il se répandit dans toute la péninsule.

Sans surprise, l’influence globale de Ziryab a suscité la jalousie et le ressentiment des autres courtisans de Cordoue. Deux poètes célèbres de l’époque, Ibn Habib et Al Ghazzal, ont écrit des vers cinglants l’attaquant. Al Ghazzal, un éminent satiriste andalou, considérait probablement le Baghdadi Ziryab comme un intrus haut de gamme. Ziryab a cependant maintenu l’amitié et le soutien de l’émir, et c’était tout ce qui comptait.

Abdourrahman II est décédé vers 852, et son remarquable innovateur Ziryab l’aurait suivi environ cinq ans plus tard. Les enfants de Ziryab ont maintenu en vie ses inventions musicales, assurant leur diffusion dans toute l’Europe. Chacun de ses huit fils et deux filles a finalement poursuivi une carrière musicale, mais tous ne sont pas devenus des célébrités. Le chanteur le plus populaire était le fils de Ziryab, Oubaid Allah, bien que son frère Qasim ait une meilleure voix. Le suivant en talent était Abdourrahman, le premier des enfants à reprendre l’école de musique après la mort de leur père, mais l’arrogance aurait causé sa chute, car il a fini par aliéner tout le monde, selon Ibn Hayyan.

Les filles de Ziryab étaient des musiciennes qualifiées. La meilleure artiste était Hamduna, dont la renommée s’est traduite par un mariage avec le vizir du royaume. La meilleure enseignante était sa sœur Oulayya, la dernière survivante parmi les enfants de Ziryab, qui a hérité de la plupart des clients musicaux de son père.

Alors que Abdourrahman II et Ziryab quittaient la scène, Cordoue devenait une capitale culturelle et un siège d’apprentissage. Au moment où un autre Abdourrahman, le troisième, prit le pouvoir en 912, la ville était devenue le centre intellectuel de l’Europe. Comme l’a dit l’historien James Cleugh à propos de Cordoue en Espagne dans le monde moderne, « il n’y avait rien de tel, à cette époque, dans le reste de l’Europe. Les meilleurs esprits de ce continent se sont tournés vers l’Espagne pour tout ce qui différencie le plus clairement un être humain d’un tigre ».

À la fin du premier millénaire, des étudiants de France, d’Angleterre et du reste de l’Europe ont afflué à Cordoue pour étudier les sciences, la médecine et la philosophie et profiter de la grande bibliothèque municipale, avec ses 600 000 volumes. Lorsqu’ils sont retournés dans leur pays d’origine, ils ont emporté avec eux non seulement des connaissances, mais aussi de l’art, de la musique, de la cuisine, de la mode et des mœurs.

L’Europe se trouva inondée de nouvelles idées et de nouvelles coutumes, et parmi les nombreux ruisseaux qui coulaient vers le nord depuis la péninsule ibérique, plus d’un avait été canalisé par Ziryab.

ALL IS PR se rafraîchit en arborant de nouvelles couleurs !

« Ce n’est pas le plus fort de l’espèce qui survit, ni le plus intelligent, c’est celui qui sait le mieux s’adapter au changement. »

Charles Darwin

Dans un monde plus changeant que jamais, et après des mois de travail acharné, nous sommes très enthousiastes de partager la nouvelle identité visuelle de notre cabinet ALL IS PR.

Épuré, pratique et sobre, notre nouveau logo se veut à l’image de l’inspiration et du pragmatisme que nous mettons en œuvre dans nos stratégies. 

Notre police de caractère est simple et uniforme, rendant la lecture claire et lisible.                 

Le pictogramme aux formes arrondies et en boucle délicate induit l’infinité et la flexibilité de nos potentialités, compétences et savoir-faire.

Grâce à notre talentueux partenaire SM Creative, cette nouvelle création graphique puise son inspiration dans notre orientation stratégique et reflète fidèlement notre esprit purement institutionnel, non moins créatif. Ce changement traduit notre adaptabilité à un monde professionnel soumis au défi de mutations intenses, conséquences de bouleversements fortuits.

A la veille d’une nouvelle année 2021, notre histoire va de l’avant et nous nous félicitons de cette nouvelle identité visuelle. Non que ce soit une question d’image et de couleurs, mais plutôt d’un renouveau réfléchi, aligné et adapté à l’évolution des entreprises et leurs nouveaux défis.

Alors que le monde entier intègre un nouveau paradigme socio-économique à la suite de l’avènement de la pandémie, les entreprises sont désormais soumises à l’épreuve de différemment travailler, produire, vendre… Et surtout informer, communiquer, rassurer, inspirer et créer des connexions et liens solides.

Notre cabinet, ALL IS PR, se veut volontaire, engagé et accessible, pour vous accompagner, conseiller et assurer la réalisation de vos projets.

Avec cette nouvelle identité, nous réitérons ainsi notre engagement à servir des leaders qui se soucient aussi bien de leurs collaborateurs que de leurs clients, fournisseurs et environnement, car 2020 est l’année où jamais le changement n’a été si précipité et nécessaire au sein des organisations qui ont fait preuve de ténacité et de persévérance pour continuer leurs activités malgré tout.

Cet exercice a mis le capital humain et ses compétences générales sous les projecteurs grâce à la synergie, la bienveillance et l’intelligence émotionnelle qui en étaient les mots d’ordre. Parce que c’est ainsi qu’ils acquièrent le pouvoir du sens partagé de l’objectif et de l’appartenance. Notre engagement à l’égard de nos clients est encore plus fort que jamais. Nous les soutiendrons ardemment. Non seulement en offrant une multitude de solutions stratégiques aidant à l’interconnexion humaine et à la motivation interactive, mais également en les accompagnant dans leur leadership.